La giardiose chez le chien et le chat

Votre vétérinaire suspecte ou a diagnostiqué une giardiose chez votre chien ou votre chat. Très bien, mais que se cache-t-il véritablement sous ce nom compliqué et difficile à prononcer ?! Nous allons essayer d’apporter quelques éléments d’explication.

chiots

Qu’est ce que le giardiose ?

La giardiose est une infection intestinale qui va provoquer des diarrhées aiguës ou chroniques chez les animaux. De nombreux animaux peuvent être porteurs sains (donc sans symptômes) par contre cette maladie sera particulièrement pénible pour les chiots et les chatons.

Les animaux sont contaminés par leur environnement (ingestion d’eau contaminée, d’aliments souillés ou léchage d’une surface souillée) ou par le biais des animaux qu’ils côtoient.

A côté des symptômes de diarrhée, il peut y avoir parfois aussi des vomissements et dans les cas graves, l’abondance des diarrhées peut conduire à une déshydratation, un amaigrissement, une baisse d’appétit et de forme.

La giardiose est due… aux Giardias

L’agent infectieux à l’origine de la giardiose est souvent méconnu du grand public. Il ne s’agit ni d’un virus, ni d’une bactérie et ni d’un ver intestinal. Il s’agit d’un parasite constitué d’une seule cellule (= protozoaire) appelé Giardia duodenalis.

Giardia intestinalis


Diagnostic de la giardiose

Le diagnostic de certitude pourra se faire par un examen des selles :

– soit examen direct des selles pour voir la forme mobile du parasite (= trophozoïte)

– soit par mélange des selles avec une solution spéciale pour trouver la forme kystique du parasite (= technique par flottaison). Cette technique est plus efficace que la précédente, on la répète en général 3 fois pour éviter de passer à côté des Giardias.

Il existe aussi depuis peu un test de diagnostic rapide (Snap Giardia) qui utilise la méthode ELISA pour détecter le parasite. Le test se fait à partir d’un écouvillon de matière fécal, un seul échantillon de selles est suffisant.

Traitement de la giardiose

Pour l’heure aucun médicament vétérinaire ne dispose en France et en Belgique d’une autorisation de mise sur le marché (AMM) pour le traitement de la giardiose du chien ou du chat. C’est la même chose aux Etats-Unis. Toutefois certaines molécules peuvent faire preuve d’une certaine efficacité.

– Le fenbendazole (Panacur® 50 mg/kg per os, une fois par jour pendant 3 à 5 jours) est efficace vis-à-vis de Giardia intestinalis chez le chien (il possède d’ailleurs une AMM pour cette indication et cette espèce  au Luxembourg). Il manque encore des tests chez le chat pour prouver une aussi bonne efficacité.

Le fébantel (contenu dans le Drontal®) et l’oxfendazole (Dolthène®) (per os, pendant 3 jours, à la dose standard utilisée pour la vermifugation) sont également efficaces.

Si les symptômes continuent, il peut être nécessaire de répéter le traitement.

Le métronidazole (25 mg/kg deux fois par jour pendant 5 à 10 j) montre une efficacité à 50-60%, il est aussi sans AMM vétérinaire pour cette indication. Comme il s’agit d’un antibiotique, mais vaut être prudent avec son utilisation et ne pas l’utiliser de façon massive.

Quel que soit le traitement choisi, les échecs thérapeutiques arrivent fréquemment (traitement mal fait,  réinfection, autre maladie concomitante devant aussi être traitée).

Parallèlement au traitement il est impératif d’appliquer des mesures hygiéniques : shampooings chez les animaux en début et en fin du traitement pour réduire les risques de réinsertion, hygiène draconienne à la maison (nettoyage systématique des zones souillées par la diarrhée).

Comment prévenir la giardiose.

Pour éviter les infections par Giardia intestinalis, des mesures d’hygiènes sont indispensables. Shampooing, nettoyage de l’environnement (gamelles, chenils, jouets…), ramassage des déjections et nettoyage de tout ce qui a été en contact avec. Après nettoyage, la désinfection doit se faire avec un ammonium quaternaire car les kystes de Giardia intestinales sont résistants au chlore.

La giardiose étant souvent présente dans les élevages, les nouveaux animaux intégrant un élevage devraient toujours être mis en quarantaine et un examen des selles devrait aussi être effectué pour éviter d’infecter les autres animaux de l’élevage.

Cet article vous a plu ? 

Allez encore plus loin pour assurer la bonne santé de votre compagnon à 4 pattes en téléchargeant mon :

"Manuel des Premiers Secours pour Chats et Chiens" !

Manuel des Premiers Secours pour Chats et Chiens

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *