Lutte contre la leishmaniose : ne baissez pas la garde !

Une étude récente du Réseau d’Epidémio-Surveillance Franco-Italien des Zoonoses (RESFIZ) montre que la leishmaniose est en recrudescence. Il est important de ne pas baisser la garde face à cette maladie mortelle et particulièrement contagieuse.

La leishmaniose, qu’est ce que c’est ?

Il s’agit d’une maladie parasitaire extrêmement grave transmise par un petit moustique appelé « phlébotome ». Celui-ci est présent dans tout le bassin méditerranéen : tout propriétaire de chien peut donc être confronté à ce danger lors d’un déplacement pendant les vacances dans le sud de l’Europe ou en Afrique du Nord (sud de la France, Portugal, Italie, Malte, Grèce, Turquie, l’Egypte, la Tunisie, le Maroc… ).

En France, des enquêtes nationales ont montré une intensification de la leishmaniose canine dans les départements classiquement touchés et une extension vers d’autres départements, notamment du Sud-Ouest. Ce sont au total 32 départements du tiers sud du pays qui sont concernés, la Corse et les Alpes-Maritimes étant les deux départements dans lesquels la maladie semble la plus active.

Carte leishmaniose

Le phlébotome est un tout petit moustique (pas plus de 2,5 à 3 mm) qui en plus ne bourdonne pas :  il n’en est que plus traître ! Il est surtout actif en soirée et durant la nuit.

PhlébotomeLa transmission se fait par piqure du moustique femelle. La leishmaniose est une maladie insidieuse : elle peut se déclarer dès 3 mois après l’infection mais elle peut aussi rester en sommeil et ne se déclarer que plusieurs années après. Il existe donc des chiens malades et des chiens infectés cliniquement sains.

Quels sont les symptômes pour un chien « leishmanien » ?

Les symptômes sont très variés du fait de la multiplicité des organes touchés. Les signes cliniques sont généralement d’évolution lente et progressive. Ce sont :

  • Perte de poils (alopécie), surtout autour des yeux et de la truffe.
  • Amaigrissement, perte de la masse musculaire bien que le chien conserve un bon appétit.
  • Inflammation de la peau, principalement sur la tête et les pattes (surtout aux endroits où le chien entre en contact avec le sol lorsqu’il s’assied ou se couche).
  • Ongles longs et cassants.
  • Lésions oculaires
  • Boiterie
  • Insuffisances rénale et hépatique
  • etc…

Chien avec leishmaniose

Comment se fait le diagnostic ?

La meilleure technique est la visualisation du parasite (après ponction de moelle osseuse, d’un ganglion ou biopsie de peau). L’ADN du parasite peut aussi être recherché par biologie moléculaire (PCR).

Y-a-t-il un traitement ?

Le traitement n’offre pas une guérison totale mais permet en général une rémission des symptômes (si les atteintes au foie et au rein ne sont pas trop étendues).

Le traitement se fait classiquement par injection d’antimoniate de méglumine (Glucantime®) en association avec de l’Allopurinol.

La meilleure défense : c’est la prévention !

Une étude récente du Réseau d’Epidémio-Surveillance Franco-Italien des Zoonoses (RESFIZ) montre une recrudescence de la maladie. Pire, on dénombre aujourd’hui un nombre croissant de cas déclarés en Europe du Nord (Royaume-Uni, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, Danemark…) du fait de chiens infectés qui ont été importés d’Europe du Sud. Ceux-ci pourraient à terme devenir de nouveaux réservoirs pour la maladie, de surcroit aidés par le réchauffement climatique.

La prévention est l’unique arme contre cette terrible maladie incurable (un animal infecté le restera toute sa vie, même après traitement). Il faut donc employer des insecticides répulsifs (comme le collier Scalibor, qui a déjà fait ses preuves depuis de nombreuses années et assure une protection de 6 mois contre les phlébotomes et contre les tiques) ; associé à des mesures sanitaires pour minimiser l’exposition des chiens aux risques de piqures (ex : zone de couchage à l’intérieur de la maison). L’emploi de répulsifs dits « humains », comme la citronnelle, n’ont aucune efficacité. Un vaccin a été récemment lancé dans les cliniques vétérinaires (le CaniLeish), mais  nous manquons encore de beaucoup de recul quant à son efficacité.

Alors, à  l’approche des grosses chaleurs et des départs en vacances, n’hésitez pas et protégez votre animal !

         >> retrouvez le collier Scalibor sur direct-vet.be

Collier Scalibor

Cet article vous a plu ? 

Allez encore plus loin pour assurer la bonne santé de votre compagnon à 4 pattes en téléchargeant mon :

"Manuel des Premiers Secours pour Chats et Chiens" !

Manuel des Premiers Secours pour Chats et Chiens

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *